La vérité

Etats d'âme...

La vérité

Messagepar Hitori » Ven 19 Mar 2010 20:55

Bonsoir à tous et ……à toutes bien sûr, car je ne voudrais pas passer pour un misogyne. ;-)

Je n’ai pas parcouru toutes les rubriques du forum et si le sujet que j’ouvre existe déjà, merci de m’en excuser.

« Doit-on toujours dire la vérité ? »

Bon, les mots étant sujets à caution, on tiendra pour acquit que la vérité est ce que l’on pense qu’elle est. Donc pas obligatoirement la Vérité dans son sens absolu (qui pourrait se targuer de l’appréhender, d’ailleurs ?), mais la vérité que « moi » je tiens pour vrai. Une vérité toute relative en somme, car chacun ayant sa propre vérité.

Pour ma part, je pense que toute vérité n’est pas bonne à dire et que parfois, il est préférable de mentir, car il est des situations où le mensonge prévaut.

Il me serait agréable d’avoir votre avis sur la question.
Avatar de l’utilisateur
Hitori
Un p'tit café !
Un p'tit café !
 
Messages: 33
Inscription: Jeu 18 Mar 2010 22:25
Localisation: Sol 3

Re: La vérité

Messagepar Jipé » Sam 20 Mar 2010 09:52

Hello Hitori,

qui peut dire qu'il détient la vérité ? Celle d'aujourd'hui ne le sera peut-être plus demain.
On pense avoir raison quand on affirme l'avoir, mais n'est-ce pas plutôt une conviction et non pas une vérité ?
Elle est souvent utilisée et mise en avant pour stopper un dialogue, pour imposer à l'autre son autorité:
- "j'ai raison parce que moi je sais, je détiens la vérité en somme, et toi tu ne sais pas!"
Communication donc fermée = circulez, il ni a rien à voir... :/
Est-ce que la vérité comme le savoir peuvent se transmettre ? Pour certaines choses oui je pense, 1+1=2, c'est vrai, je peux le dire et le transmettre, mais dire par exemple Dieu existe, c'est une vérité parce que j'en suis convaincu...est-ce pour autant vrai donc vérité ? Non, là ça ne colle pas.
La vérité est donc toute relative.

Tu dis:
Pour ma part, je pense que toute vérité n’est pas bonne à dire et que parfois, il est préférable de mentir, car il est des situations où le mensonge prévaut.

Je ferai la différence entre; ne pas dire la vérité et mentir.
Pour ma part je préfère dire ma vérité ou du moins ce que je crois, mentir est pesant, difficile à gérer, ça m'encombre la tête, me met dans des positions ingérables.
Plutôt, si je suis obligé, omettre de dire... ;-) , peut-être que ce n'est pas mieux, mais j'ai l'impression de moins culpabiliser :hehe:
Il y a sans doute, comme tu dis, des situations où le mensonge prévaut, je pense par exemple aux malades atteins gravement, faut-il leur dire la vérité, leur cacher ?
Ou aussi dire à son meilleur ami que sa femme le trompe ?
Ce sont des sacrés cas de conscience :/ Pas facile de savoir avant hein!

Les autres, leur avis...
Avatar de l’utilisateur
Jipé
Tournée générale !
Tournée générale !
 
Messages: 1265
Inscription: Ven 29 Aoû 2008 11:32

Re: La vérité

Messagepar Bra-dou » Sam 20 Mar 2010 11:17

Dire la vérité, la cacher ou son contraire. Une alternative à trois branches. La question ainsi posée est, me semble-t-il, susceptible d’aiguillonner sur de fausses réponses, en ce sens qu’elle suggère, sous entend que la vérité est valeur sacrée à vénérer. Tout le problème vient de la formulation même de la question.
En d’autre termes la préoccupation ne doit pas être de dire la vérité ou non, mais comme vous l’avez souligné à travers les différents exemples donnés, de tenir compte de l’impact, des conséquences, de ce qu’il faut dire.
Dire la vérité peut faire mal, peut avoir des conséquences fâcheuses, peut décourager, désespérer. Cacher la vérité ou dire son contraire peut sauver des situations, redynamiser, redonner l’espoir…………..
La reformulation de la question est importante, elle permet de recadrer le problème et d’éviter les fausses culpabilisations. Pour ne plus avoir à se dire : « j’ai menti ».
La préoccupation ne doit donc pas être « vérité ou mensonge » mais « quel retentissement. » Et c'est à ce niveau que ça devient coton, difficile de prévoir toutes les suites.
Avatar de l’utilisateur
Bra-dou
Une p'tite mousse !
Une p'tite mousse !
 
Messages: 161
Inscription: Ven 19 Mar 2010 11:22

Re: La vérité

Messagepar Hitori » Sam 20 Mar 2010 12:05

Salut Jipé, salut Bradou,

Oui, oui….. je suis bien d’accord avec toi, Jipé, que la notion de vérité est toute subjective, d’ailleurs je l’ai souligné dans le post initial.

L’objet de mon interrogation est plutôt la relation à l’autre par rapport à la « vérité ». Je m’explique : si on pense que l’autre est dans l’erreur (d’après nos critères, bien sûr, parce que si ça se trouve c’est lui qui est dans la vérité, hein, mais là c’est un autre débat), dois- je le lui dire ?

Comme tu le dis justement, dans certaines situations, cela peut être un cas de conscience. Mais doit-on dans ce cas là privilégier notre bonne conscience ou entretenir l’illusion de l’autre pour l’épargner, car les deux ne vont nécessairement pas de pair.

Bon, un exemple ; je couche avec la femme de mon meilleur ami (ho ! c’est pour l’exemple hein). Mes remords me rongent, ma conscience me tarabuste, que dois-je faire ? Le lui dire ? Je libère ma conscience, mais je lui fais du mal. Ne pas le lui dire ? Je l’épargne, mais me culpabilise.

Bien, sûr, l’exemple est présenté d’une manière manichéenne, car il y a ne nombreux paramètres à prendre en compte dans une telle situation, qui feront pencher la balance plutôt d’un côté que de l’autre. Mais philosophiquement, la question reste posée.

Remarque si ça se trouve l’ami en question serait heureux que je couche avec sa femme. Ben oui, s’il a le sens du partage et pour peu qu’il aies des ancêtres Inuits.

Oui, tu as raison Bradou, le problème ce sont les conséquences. Pourtant, il faut bien à un moment donné, prendre des décisions. Prenons nous les bonnes ? Ça, seul le grand Manitou le sait…..Hug, j’ai dit !
Avatar de l’utilisateur
Hitori
Un p'tit café !
Un p'tit café !
 
Messages: 33
Inscription: Jeu 18 Mar 2010 22:25
Localisation: Sol 3

Re: La vérité

Messagepar Jipé » Sam 20 Mar 2010 14:26

Hitori tu dis:
si on pense que l’autre est dans l’erreur (d’après nos critères, bien sûr, parce que si ça se trouve c’est lui qui est dans la vérité, hein, mais là c’est un autre débat), dois- je le lui dire ?

Je pense qu'il est bon de le lui dire, dans une forme de communication assertive si possible.
Pour moi, il y a une forme de respect envers l'autre personne de lui donner ton point de vue, ta démarche pour en arriver là, ton parcours intellectuel. Si tu as raison en plus (possible hein :)), c'est la sortir de son erreur, l'aider, la mettre sur une autre possibilité que la sienne, l'obliger à réfléchir différemment.
Comme tu le dis justement, dans certaines situations, cela peut être un cas de conscience. Mais doit-on dans ce cas là privilégier notre bonne conscience ou entretenir l’illusion de l’autre pour l’épargner, car les deux ne vont nécessairement pas de pair.

Crois-tu que d'entretenir l'autre dans l'illusion est une bonne chose, est-ce l'épargner sur du long terme ? et si oui, n'a t'on pas de toute manière mauvaise conscience à un moment donné ?
Bon, un exemple ; je couche avec la femme de mon meilleur ami (ho ! c’est pour l’exemple hein). Mes remords me rongent, ma conscience me tarabuste, que dois-je faire ? Le lui dire ? Je libère ma conscience, mais je lui fais du mal. Ne pas le lui dire ? Je l’épargne, mais me culpabilise.
Bien, sûr, l’exemple est présenté d’une manière manichéenne, car il y a ne nombreux paramètres à prendre en compte dans une telle situation, qui feront pencher la balance plutôt d’un côté que de l’autre. Mais philosophiquement, la question reste posée.

Pfiouuuu :siffle: assez cornélien.... ben....je dirai le dire oui, mais si c'est une seule "petite fois" (ce n'est pas pour cela que c'est bien... s:n:ob ), ne pas le dire, c'est peut-être préserver que le couple d'amis en question n'explose, c'est éviter le gros drame éventuel.
Par contre, si cela dure depuis longtemps, ce n'est pas gérable, c'est être dans le faux, le mensonge perpétuel, la complication au quotidien, c'est ne plus pouvoir un jour ou l'autre se regarder en face...

La décision doit être prise en son âme et conscience et surtout l'assumer par la suite.
Avatar de l’utilisateur
Jipé
Tournée générale !
Tournée générale !
 
Messages: 1265
Inscription: Ven 29 Aoû 2008 11:32

Re: La vérité

Messagepar Ptite Bulle » Sam 20 Mar 2010 14:47

Hello !
Si j'ai bien compris
mouarf !
Hitori et Bradou vous êtes oki sur cette formule :
En d’autre termes la préoccupation ne doit pas être de dire la vérité ou non, mais comme vous l’avez souligné à travers les différents exemples donnés, de tenir compte de l’impact, des conséquences, de ce qu’il faut dire.

Je suis oki avec ça. Seulement j'y inclus les conséquences sur moi et ma conscience. Donc si pour moi c'est trop difficile et invivable de ne pas dire la vérité je fais quoi ?

Pour la coucherie : je fais pas comme ça j'ai rien à avouer :frime1:
Blague à part, si on me demande, je dis aussi. Je crois qu'il est moins grave de dire la vérité que de laisser le soupçon.

Aurais-je été bourrin dans une vie antérieure ? :mdr3:
"Je déteste ce que tu dis mais je me ferais tuer pour que tu puisses toujours le dire." (Voltaire)
Avatar de l’utilisateur
Ptite Bulle
Tournée générale !
Tournée générale !
 
Messages: 1580
Inscription: Ven 29 Aoû 2008 10:12

Re: La vérité

Messagepar Escape » Sam 20 Mar 2010 20:37

S'il était possible d'avoir une vision parfaite des conséquences du moindre de nos actes, on pourrait choisir comme critère de notre action (notre parole étant un type d'action) lesdites conséquences.

Mais ce n'est pas le cas.

De plus, en pratique, pour s'approcher de cet idéal, il faut être capable d'analyser les capacités des autres dont ils n'ont pas conscience, et aussi les propres mouvements de son Inconscient à soi, cela fait énormément de choses. Celui qui concentrerait en lui de telles compétences serait sans doute un mentaliste de premier ordre.
Le Colloque des Oisives = http://bluemoon.tuxfamily.org/
Escape
Un p'tit café !
Un p'tit café !
 
Messages: 13
Inscription: Dim 5 Juil 2009 19:34

Re: La vérité

Messagepar Hitori » Sam 20 Mar 2010 21:30

Ptite Bulle a écrit:Blague à part, si on me demande, je dis aussi. Je crois qu'il est moins grave de dire la vérité que de laisser le soupçon.


Salut Bulle
Il est évident que dans les valeurs d’une société, dire la vérité est une vertu essentielle et notre tradition judéo-chrétienne fait du mensonge un péché. Mais comme écrit dito, il est des cas ou le mensonge semble une alternative préférable à la vérité.

Supposons que je sois prisonnier de tortionnaires me demandant l’endroit où se cachent mes complices. Si je dis la vérité, je condamne mes amis, si je mens, je les sauve. Si je ne dis rien, je mens par omission, ce qui revient au même.

Oui, mais un élément important rentre en ligne de compte. Je peux être dans le camp des « gentils » ou celui des « méchants ».

Si je suis dans le camp des « gentils » et que je mente, je sauve des gens bien. Maintenant, si je suis dans le camp des « méchants » et que je mente, je sauve des crapules. L’inverse, si je dis la vérité, je condamne un gentil dans un cas et une crapule dans l’autre.

On voit par là que la vérité et le mensonge n’ont pas le même impact selon les situations. Ils sont à relativiser et ne sont pas deux entités coupées du contexte dans lequel ils s’insèrent

Si on suit Kant, on doit dire la vérité, même dans les cas les plus extrêmes, car la vérité doit se placer en devoir absolu envers ses semblables, même au prix de conséquences désastreuses. Il fait de la vérité un commandement sacré.

Je pense, quant à moi, qu’il y a des circonstances où la valeur sacrée de la vérité s’incline devant une valeur supérieure et croire que la vérité est toujours à dire est le plus grand des mensonges.

Tiens, une petite histoire. Tu sais pourquoi la vérité est représentée toute nue ?
Non ? Aller, je vais te le dire. :)

Dans une lointaine galaxie, il y a très longtemps (oui, je sais ça fait assez space opéra, mais bon, c’est….. la vérité, alors..) était un souverain qui avait deux enfants ; Vérité et Mensonge. Autant Vérité était parée de toutes les vertus (forcément c’est la Vérité), autant son frère mensonge était fourbe et peu recommandable (ben, c’est le Mensonge, quoi…) et prêt à faire les pires vilénies.

Un jour qu’ils se promenaient près d’un lac, Mensonge dis à Vérité : « Et si nous prenions un bain ? » (Il avait une idée derrière la tête, bien sûr)
« Pourquoi pas » lui répondit Vérité.
Et les voilà qui se déshabillent et se mettent à l’eau.
Mensonge sortit le premier et pris les habits de Vérité en laissant les siens.
Alors, plutôt que de se vêtir des habits de Mensonge, Vérité préféra s’en aller toute nue.
Avatar de l’utilisateur
Hitori
Un p'tit café !
Un p'tit café !
 
Messages: 33
Inscription: Jeu 18 Mar 2010 22:25
Localisation: Sol 3

Re: La vérité

Messagepar Hitori » Sam 20 Mar 2010 21:56

Salut Escape, heureux de te retrouver ;-)

Comment pourrions-nous appréhender toutes les conséquences d’une seule de nos actions, paroles incluses et j’ajouterais pensées. C’est impossible, à moins d’avoir des capacités surhumaines, pourquoi pas après tout, il existe peut-être quelque part des « consciences » ou une conscience (Dieu ?) le pouvant.

Mais, à notre échelle, je ne pense pas que nous le puissions. Le point nodal qui constitue notre entité est inter agissant dans la grande toile énergétique du vivant et le moindre de nos gestes, ou paroles, ou pensée a des implications qui dépassent les capacités de compréhension de l’humain actuel.

Nous sommes donc obligé de faire des choix sur des critères philosophiques en sachant pertinemment que nous jetons une bouteille à la mer.
Avatar de l’utilisateur
Hitori
Un p'tit café !
Un p'tit café !
 
Messages: 33
Inscription: Jeu 18 Mar 2010 22:25
Localisation: Sol 3

Re: La vérité

Messagepar Escape » Dim 21 Mar 2010 06:19

On jette la bouteille à la mer, et en même temps on sait qu'il y a la marée, les courants, le Gulf Stream. Donc, effectivement, on ne joue pas complètement à la roulette russe non plus.

Même sans aller jusqu'à envisager un degré de détail infini pour calculer les moindres des conséquences à long terme, il y a une autre raison qui s'oppose à ce qu'un individu unique maîtrise entièrement les conséquences de ses actes, c'est que, pour cela, il faudrait qu'il soit à la fois l'observé et l'observateur. En effet, il peut analyser infiniment bien le psychisme des autres, mais s'il ne fait pas de même avec le sien propre, tous ses efforts sont vains. Or, il faudrait aussi que les moindres mouvements de son âme soient capables de s'analyser eux-mêmes au moment où ils analysent ceux des autres...

Conclusion : dans toute analyse du psychisme des autres et du vôtre propre, il y a une zone d'ombre, comme le point aveugle de l'œil, la zone que l'œil ne peut pas voir parce qu'elle est zone de l'œil. Donc, même dans un monde où tout le monde serait le Mentaliste, il continuerait d'y avoir des incompréhensions et des échecs communicationnels. Tant mieux, la vie est plus amusante ainsi !

Salut Hitori
Le Colloque des Oisives = http://bluemoon.tuxfamily.org/
Escape
Un p'tit café !
Un p'tit café !
 
Messages: 13
Inscription: Dim 5 Juil 2009 19:34

Suivante

Retourner vers PSYCHOLOGIE

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron